+++++++++++ + Cantos Propaganda ++ + Structured Disasters since 2014 + ++ Cantos Propaganda + ++ Cantos Propaganda ++ +

19 juin 2014

René Belletto "Somme toute" + "Loin de Lyon"

René Belletto
Somme toute
(P.O.L, 2011)

Disponibles ou sur commande dans (toutes) les (bonnes) librairies...


Extrait :

...

73

Entendions pfft glou glou de soupe à la grimace
Dieux quelle histoire aujourd'hui encor j'en rimasse
Qui fut le sujet de / tou-tes mes messes basses
(A ma chanson de gest[e] donna le coup de grâce)
Ce qui se forme fond (éternelle surface)
Et qui était charnel et que mes rim' embrassent

74

Claquait entre leurs bras sépulcral alléchant
Je fredonnais sans bruit de l'horror au couchant
Jusqu'à la fin dernièr[e] de la mort de la mort
C'est vrai je n'invent' pas rêvassant aux années
De rêve où mon lecteur son chant si ordonné
Libre et pur engendrait (musique : un sextuor

75

Je crois) rapport signal sur bruit frôlant zéro,
Et l'objet ! beauté des lignes (allez, maestro,
Mains au ciel !) à l'image des circuits élec
Troniqu' intern' et d'un système de relais,
Résultat : mélodie de jadis ruisselait
Et sonnait de tout krrr parasit' les obsèques,

76

Quant aux enceintes (Geneviève ! Elévari
Té de la taille, élégançur' des lign', chérie
De la peau la matitude, G., toutes les
Autres plus elle-mêm', peut-être la première
Et de concert l'ultime, tant aujourd'hui qu'hier
(Et que demain) (et qu'hier, pour rime batelée!)),

77

Quant aux enceintes, j'y retourn', l'amplifica
Teur de puissance avec elles dansait polka
Un deux encor il les secouait et leur fai
Sait sonner ce qu'ellz avaient dans l'ventre (quoi, qu'est-ce
Qu'il y a ? j'ai pas l'droit de causer sans finesse ?)
Si bien qu'ellz épousaient tout[es] cauz et touz effets

78

Dont le lecteur les inondait - des enceintes
Ampli lecteur paraissaient reflet (ou empreinte)
(Plutôt reflet) matériel (et non l'prosaïc
Inverse) de la magie musicienne vic
Torieuse et pure perte étant bien entendu
Que mon chant des cinq cent mil diables suspendu

...

***

René Belletto
Loin de Lyon
(P.O.L, 1986)


Extrait :

...

XLV

Crever m'échappait par an bien quarante-huit fois
Crucialement blessé de la ville en plein cen
Tre vidé rapportais livre en souffrance ven
Tre à terre aïe aïe j'allais m'entendre en bonne voie

De fait je m'entendais comme larron enfoi
Ré à gauche du père à fin de l'apparen
Te parenthèse refermer du bas je m'en
Allais dire où je n'aurais si j'avais les foies

Mais ceignais de mon nom malgré tout le total
Sans ôter les différentes lettres des pal
Abres manquantes supplémentes bien fenduë

Je m'étais la gueule hi rebelle étonné
CicatriCe sans voix au jeu de l'intriguë
Toujours dans le noir souriant lèvres fermées

XLVI

Si je dis maintenant je ne respecte pas
Mon projet fugace oublié je serais fau
Tif et devrais briser là pasque je ne l'au
Rais pas retenu c'est le même projet pas

Sons loin de l'oubli mais je serais perspica
Ce car oublié non respecté à suppo
Ser que d'une réflexion cet énoncé pro
Cède au cas contraire je devrais briser là

Mais projet énoncé réflexion cas contraire
Sont un le même et par droiture syllabaire
Je devrais dans tous les cas briser donc passons

Car tous mes mots signifiraient je ne respec
Te pas mon projet raisonneur émergeant don
C de mémoire pour un sonnet quasi impec

XLVII

Quando en vesper blan s'extourbit lougarou
Et dravant tout sbubu in vivo catastri
Barjaqué parlamor nonobstan qui est qui
Anscrut les stachichi au su des roudoudous,

Quando maliss (tendo limass) il vi dermou
S'éruminentérut au verso des étri
Au persu des foutrons sevré de mal en pis
Et ris noir aïe jailli tout prurit et rectou,

Alor alor, pastan hors les basoubasax
(Mais pour un trou carré esquintant tous les axes),
Rinlaidron touboubou kif kif les amours fussent

Dénérénélés déjà éternels par l'art
Sans loup, effaçons ma chérie hors papyrus
De lapins et moutons à jamais le départ

***


René Belletto, romancier (re)connu et très lisible dans ses multiples facettes, est vraiment intéressant et inventif quand il se détend en plongeant dans ses tourments...Carnavalesque et drôle mais pas que. Et ce n'est pas nouveau...