+++++++++++++++++ + Cantos Propaganda ++ + Structured Disasters since 2014 + ++ Cantos Propaganda + ++ Cantos Propaganda ++ +

Ulf Stolterfoht "Lexique des superstitions allemandes"

Ulf Stolterfoht - Lexique des superstitions allemandes
(Théâtre Typographique, 2019)

Disponible ou sur commande dans (toutes) les (bonnes) librairies et sur le site de l'éditeur ici


+++

Extraits :

(1)

apprécient-ils des pages d’écriture gestuelle comme par ex. :
d’autres peuvent toujours travailler et tant mieux publier – je
ne fais que pallier à. des semaines déjà qu’un chômeur
en moi rafistole ce que j’ai déchiqueté éparpillé. peaufinage
compulsif. beaucoup appellent cela de Part. j’appelle

ça: poncer intriguer décheter. dans le meilleur des cas s’
adosser façon sac. philosophie que nouille. on en avait
marre d'ânonner. se maudit de ne pas soi devenir mot
(expérimentalement). quelque chose a coincé. mieux s’est
soldé par une tasse. qu’en retirons-nous ? panoramique.

nids de contestation en ouest oriental : maussade – sadness
jalousies entrouvertes. on relâche l’offensive « évertue et
endommage » devenu « plie et prime ». L’usage pour un sol-
dat. les hermétistes ont servi au département des usuels. la
sixième des perfections couvre une moitié du texte et – ne tergi-

verser plus: crypté gnostique pseudo populaire – que stigmatisent
obligeamment les chercheurs. « superstition » on se laisse aller. s’
attablent en uniforme. le chef un buis à sa chemise. une plaquette
de hölderlin par-dessous. et sur le cœur un pierrot lunaire. (cette
derniere assertion n’est pas vérifiable. elle ne repose que sur

une présomption.) n’empêche l’instigateur de ces lignes connaît
des curés qui à moins se font fort de prêcher un carême. dent pour
dent. pas de don. savoir en dépit de savoir mieux. illustration sur
le divan: deux adeptes sous l’arbre à bric-à-brac. au-dehors : frau
mandragore avec sa tige. l’un dans l’autre espérons que tout ça colle.

+

(5)

peu usité abordons le sujet métaphore. ma moune-des-seigles sous
son aspect fiancée à l’épreuve des pois. la chienne en lice. en AU-
PRÈS LA GUILDE. le dogue des bogues en aboyeur des blés. en
jacques-a-dit ou trublion. littérature en camelote. la caille finale-
ment en caille. démons céréaliers d'après toutes leurs apparitions.

mode du mot le nom. on jurerait presque qu’ils ont entendu parler les
uns des autres. sans plus d'assurance. avec la lumière ça semble un
kobold accroupi. comme souvent les mammifères assis « au-
dessous de l’épi ». doux balancement direction « tétons l’étymologie ».
sentier lumineux. entre sang noir et tartine goudronnée choix d’emblée

perçu épineux. vois: le faucheux disparaît l’enfant contre son sein. un
rapport de tilsit établit la liaison. ciconiidé oreille de lièvre. lampe
tenue pour l’équivalent d’un crochet et quasi pensée ainsi. beaucoup
est évacué par comparaison. monde peau de chagrin. non loin derrière
hannovre mme vaudou demeurée dans le buisson. la fracturation du

lin caille la meule en son égrainé. du côté de passau la ville-aux-trois-
rivières on vénère en oswald un wotan. danses oraison. la raf-
fleuse monte le culte: mi chasseur sauvage / mi bête cabrée en
arbre. vers la lin de la coutumière quatrième strophe le loup s’in-
terpose décisivement. le coq règnerait à côté. autour à défaut. noam

chomsky s’en soucie : chaque phrase deux fois contextualisée dit-
il. tu t’en serais douté. tu l’entends te froisser dans les sarments.
les choses te collent aux vêtements comme des noms. es-tu prêt pour
la phrase ? bon: couché dans les labours le valet irradie. était-ce
si répréhensible ? qui plus EST : des hérissons ont investi sa bouche.

+++


"Ulf Stolterfoht, né en 1963, vit à Berlin. Si désarmante soit sa relation au langage (paratactique, dit-il), son aspiration à l’« antisémantisme », Stolterfoht est en Allemagne un poète important, primé, très bien reçu..." Désarmant, c'est le mot ! Un choc ! Et le passionnant dossier monté sur le site de l'éditeur (avec d'autres extraits) n'est pas de trop pour tenter de s'accrocher aux branches, où la "traductrice" Bénédicte Vilgrain nous donne quelques clés pour comprendre l'extrême difficulté de lire (et d'in-traduire, etc) ces quelques textes fascinants (leurs dérèglements, leur étrangeté, le corpus savant qui leur sert d'assise...) extraits d'une oeuvre qui compte plusieurs volumes... Ne tombe jamais des mains, vrille le cerveau. Hop !

Sapriphage numéro 21 : le dossier Verheggen

SAPRIPHAGE  Numéro 21 - Le dossier Verheggen
(Sapriphage, 1994)

Reproduction intégrale du dossier consacré à Jean-Pierre Verheggen

***


































































































***

Fondée par Gilbert et Maria Desmée, la revue Sapriphage a publié 38 numéros entre 1988 et 2000 avec quelques dossiers extrêmement intéressants sur la poésie amérindienne, la poésie de langue allemande (Kling, Hein, Wühr, Czernin, Mayröcker, Erb...), la poésie hongroise, la poésie sonore/visuelle/concrète...
Et sur Verheggen donc ! Une somme conséquente coordonnée par Alain Hélissen d'autant plus notable que (presque) rien n'a été écrit depuis sur ce poète majeur de l'avant garde des 70's et de la résistance des 80's (pilier de TXT entre autres) dont quelques livres sont pourtant devenus comme des pierres angulaires : Le grand cacaphone, M'violence c'est m'violangueLe degré zorro de l'écriture, Divan le terribleVie et mort pornographiques de madame Mao, Pubères, Putains, Ninietzche peau d'chien... Tout un programme (malgré l'époque) auquel on peut retourner... Hop ! (dossier également téléchargeable ici).

---

note 1 : Christian Prigent a longuement écrit sur Verheggen dans ses essais Ceux qui merdrent et La langue et ses monstres (parus aux éditions POL)...
note 2 : En prime à la fin du dossier : un long article de Charles Pennequin sur Ecrit au couteau (POL, 1993) de Christian Prigent... Il n'y a pas de hasard !
note 3 : Même si Sapriphage laisse rarement un souvenir impérissable, noter qu'elle fait partie de ces revues qui : présentait ses auteurs et leurs oeuvres, chroniquait et recensait ses "pairs", indiquait comment les contacter... De sorte qu'elle permit quelques découvertes marquantes (Maison Atrides & cie, Charles Pennequin, Wigwam, Alain Robinet, entre autres). Des habitudes malheureusement perdues...
note 4 : Alain Hélissen vend plusieurs numéros de la revue ici...