+++++++++++ + Cantos Propaganda ++ + Structured Disasters since 2014 + ++ Cantos Propaganda + ++ Cantos Propaganda ++ +

19 mai 2014

Justin Delareux "Projectile Littéral"

Justin Delareux
Projectile Littéral

(Extrait d'un travail en cours)

...

     Nous pourrions aborder les ruines. Les repasser. Évoquer la faille renversée de la chose qui nous dépasse. Joindre la mélancolie des temps que nous percevons et l’émeute des sentiments séparés. Relier propositions formelles et informelles. Émeute auditive. Tenter d’affronter dans une durée déterminée l’inertie des corps spectateurs. Joindre bruit blanc et image muette. Trop plein et si peu. L’abondance illusoire et les ruines à venir. Tout cela se répète. En boucle. Dans le bruit artificielle des heures. Rendre compte du bruit des yeux. À travers la mise en espace de signaux sonores. Automatisés. Évoquer la possibilité de la perte, la saturation des mémoires.  Nous pourrions nous répéter. Ne proposer que tentatives au centre des fracas. La création passe par la destruction. Le temps se défile. Matériel. Entropie. Nous pourrions écrire la musique avec des mots. Le bruit du temps. Encore. Nous pourrions évoquer les strates par lesquelles nous vous convoquerons. Relier les points. Choses à rythme toujours imprenables. Figurants dépassés. Ce sont des nappes et des arêtes. Duchamp sur Debord sur Godard sur Platon sur Bruce Lee sur Scelsi. Tenter la synthèse. Fuyante. C’est une heure ou deux. Puis ces restes. Un livre une cassette un trou. Les moteurs tournent et tout tourne autour des moteurs. Le jeu se poursuit.  Nous avons trop connu la nuit pour en avoir peur. C’est une réunion. Qu’elle soit mystique ou de crise, elle intervient au sein d’une même économie. Frêle système, pâles bâtisses. Pise est encore debout. Les grands faubourgs, patientent les chars. L’assaut est lancé toutes les 3 minutes. L’assaut se répète et se noie. L’information est projetée. Le projectile est sans forme et sans cible. L’être peut être seul et saoulé. Nous allons partitionner les mémoires. Nous ne laisserons pas filer entre nos mains ces quelques heures. Multiplions les adresses. Il s’agirait d’unifier. Nous sommes quelconques. Singulièrement.  Le spectacle est intégré. Et nous mangeons de ce pain là.

*

Quelle est la forme de l'homme ? Quand ses uniformes battent le pavé, quand les armes qui l'ont confisqué lui ôtent la voix ? Quelle est la forme de l'homme lorsque son camouflage prend la couleur du sang, lorsque ses bottes foulent les crânes ? Quelle est la forme de l'homme dès lors que l'emporte sur lui le charme des discours, la droiture de la mort ?

*

Nous n'écrirons pas les fleurs. Pas les femmes pas les sexes pas les restes. Pas les queues pas les tiges pas les mièvres. Fourberie prétentieuse palais. Il n'y a de féminin pas plus d'un e à tout en accroche il n'y a. La confusion des doutes c'est certain. Son inverse le poème le vaut rien. Nous n'irons pas à la ligne nous ne laisserons pas de temps pas le temps. Sur ses petites hauteurs la mouche se frotte et engloutit la merde. C'est rigolo la poésie donne des ailes aussi des festivals aussi des  amuses gueules.
Bien sur nous sommes au loin bien sûr nous sommes mauvais joueurs, pas joueurs du tout, bien sûr nous sommes de mauvaise compagnie, bien sûr jamais contents, bien sûr jamais certains, bien sûr jamais bien. Nous ne sommes pas sur la photo nous ne souhaitons pas y être, le hasard à fait que nous ne sommes pas sur la photo le hasard est bien fait le hasard veut, nous oublions comment sourire, jusqu'à l'abolition du hasard, sa disposition.

*

L'extinction du silence. L'extinction, l’éviction. Silence l’étouffement
La disparition du retrait.  

*

(de nuit, au centre, en visite )
Décors tenu par des poutres improvisées éclairés par de mauvaises lumières au nucléon à l'éclaté façade de faux disposée sur un plateau lui même disposé publique figurant acteurs absents volontaires bénévoles pas au courants la scène est tragique le feu emporte tout, même les restes.

*

Il y a une autre faune aux frontières des eaux sur la limite des fleuves un autre courant d'autres univers mondes à la limite des terres par dessus les noyés tout un autre temps au gré des courants au vent des crues rien de semblable aux habitudes du monde sur la nappe fraîche courante au pied des monts, il y a l'absence.

*

Définir ce que nous appelons expérience, redéfinir ce que nous appelons poème et donc ce que nous crions trop facilement : vie. Rimbaud, jeune encore, a déserté l'écriture par nécessité peut-être, par instinct, par jeu, car nous pensons qu'il avait pressenti l'importance de l'expérience et dans les chemins aventureux le dépassement de la poésie. Notre bagage est plein et il nous faut aujourd'hui tant bien que mal poursuivre dans l'obscurité plate du langage. Prendre part au sein de l’aberration gentille, normale, démocratique, prendre part pour ne pas laisser faire, pour ne pas laisser perdre ce qui nous meut. La démocratie n'a plus lieu à nos yeux, nos cœurs sont piétinés jour après jour, alors nous nous demandons ce qu'à pu signifier pour nos pères ces contemporains, ce qu'a pu signifier démocratisation, de l'art, et de tout les champs possibles de l'expression. Nous avons perçu les leurres sous ces propositions, l'opulence dans laquelle nous avons grandi a aujourd'hui le goût amer de la mascarade. La fin du Vingtième siècle s'est épuisée dans une orgie aveuglante d'un tout pour tous à tout moment porté par la voix dominante du libéralisme cynique. Nous ne souhaitons ni les miettes ni le vulgaire de la réussite que propose le monstre-société. Nous sommes affectés par ce que nous percevons, ainsi nous concevons, séparés. Il faut à présent faire espace, se reconnaître, créer les liaisons nécessaires entre les points, affiner et affirmer la propagation d'un champs théorique et poétique nouveau, fendre les systèmes par leurs centres, refuser, inventer. Nous préparons des projectiles.

     Il y a la parodie des heures, le manque et ses murs, toute la dramaturgie des jours, ses apparats, un grand ensemble qui ne nous concerne pas. En contrebas une femme parle à son chien, comme les passions mortes, la garniture de son ennui ou le réceptacle de sa folie. Son chien, mangeur de pierre, passeur de temps. Plus loin les jardins, les cultures, plus loin encore, plus bas, le cimetière de la ville, repos. Une route improvisée mène au lac, un lac miroir, vert par le reflet des sapins, noir, son épaisse profondeur, inconnue, noire. Les eaux sont lourdes, rien ne sert de s'y débattre, les eaux sont impénétrables. Tourner tout autour tourner contourner les bords. Nous évitons le sable artificiel posé là. Nous évitons les foules de baigneurs, nous évitons tout ce qui se concentre au mètre carré, car la chose est pratique, faite pour, le manque d'imagination, l'aménagement des vies. Contourner tourner monter tout ce qui pente, vertige, tout ce qui chute, montagne, montante, duvet, façade, réceptacle, passeur. Il y a le gouffre aux arbres. Une souris morte habitée de mouches en reproduction. La traduction longue et lente des sources, leur point de fuite, l'impossible chemin, où les reptiles susurrent, où vibrent les herbes sèches. L'objectif est hors d'atteinte, on ne sait pas trop, si c'est la vue, défectueuse, inventée, ou le corps, instable, à surmonter. Dans une lettre virtuelle l'éditeur me dit qu'il n'aime pas le silence, que le blanc de la page coûte trop cher. Fracas, enthousiasme, fracassé. Jeunesse ; étouffée. Épique, comme la perception au monde, la perception du monde, l'affect, la chair à vif, sur-figuré, brûlé ou brûlant, baroque. Au comptoir du bouge les vieux bien acclimatés à l'histoire contemporaine, parlent de drone, le vantent - le méritent. Au pied d'un verre, au coin d'une oreille appareillée, le klaxon du camion-boucher sonne l'arrivée des viandes. Sur une demi hauteur une demi maison à demi construite depuis un demi-siècle, semblable, poursuit sa ruine, l'insulte de ses fondations. Les minéraux sont recouverts de mousse. Les minéraux sont recouverts de mousse. Les minéraux suivent le lit, surpassent les barrages, creusent des temps stagnants, coulent à travers les peaux, transportent. Au petit matin la surface du lac est recouverte d'une brume épaisse et ascendante, blanche. Dans le creux des hauteurs, au cycle des jours, une épaisse poussière gazeuse monte et survole le lac. Le lac, le matin rejette une épaisse brume blanche. Le lac projette vers le ciel les nuages à venir. Le matin, le lac transforme ses eaux en vapeur, une vapeur épaisse semblable à celle des nuages. Les eaux nous survolent. Puis retombent. Ici les ardoises des toits ont pris la forme des roches. Avant l'orage, la porte ouverte au bout de la rue laisse filer le parfum des salaisons. Avant l'orage, des corps nerveux, des êtres de crise, électriques, paniques, se frôlent, s'évitent, se frappent, s'écartent, à l'image des premiers hommes. Les oiseaux, sobres interlocuteurs, prédicateurs de tempêtes, tournent dans l’excitation et les cris, préparent le calme et le recul, l’abri. Il faut construire des cabanes, oui. Mais le bois nous fait défaut, l'espace est occupé. La poésie-l'inverse. L'inverse intense, sans compromission. L'averse est proche, les électrons se frottent et la lumière fulgure tous ces décors nerveux. Les premiers grondements tremblent, la terre tremble les fondations. Le bois, lentement, chante le crépitement des mythes, des montagnes de sciure, la fiction d'un éboulement, le dessin des ruines en construction. Pendant ce temps, une plaque noire est creusée. Car le noir est originel, son creux monte vers le blanc, creusé car le noir est déjà là. La lumière vient, les sillons se croisent. Lac noir, vapeur blanche. Les figures se succèdent, sans dieu, sans maître, le langage c'est de choir, l'isolement comme la fuite. Sur l'étendue d'eau molle, les battements se succèdent, les roues, les ruées. Loin des gaz comprimés, des ivresses et des fièvres. Loin de la fatigue source de l'écRoulement des corps, sans ancre, que des signes vagues, des actes muets.

...

***


Justin Delareux est un être humain, avant tout. il a une famille, il se promène, il écrit, dessine, grave, peint, photographie, édite la revue PLI, compose...en un mot : il acte. On peut retrouver son travail sur le site Armée Noire, dans le numéro 17 de la revue FUSEES et sur son site ici.