+++++++++++ + Cantos Propaganda ++ + Structured Disasters since 2014 + ++ Cantos Propaganda + ++ Cantos Propaganda ++ +

14 novembre 2014

Collectif "Ballades & Doïnas (Poésie orale roumaine)"

Collectif
Ballades & Doïnas
Poésie orale roumaine
(Folle Avoine, 2014)

Disponible ou sur commande dans (toutes) les (bonnes) librairies...


Extrait :

DOÏNAS ET AUTRES CHANTS DE MORT

Tout' lumière a disparu,
Des vivants il n'y en a plus.
Seul' la lampe de ma belle
Comme une étoile étincelle.
Elle a pensé : j'irai chez elle,
J'irai bien loin dans la nuit
Jusqu'à rencontrer la mort,
Qui m'mettra dans un cercueil
Tout seul avec le Bon Dieu.
Cercueil de planches mouillées,
Où la mort ne peut entrer,
Où l'amour toujours se tait.

*

Si je mourais un beau printemps,
Les oiseaux me feraient un chant,
Le ventelet un bercement,
Les oiseaux se lamenteraient,
Et de fleurs me recouvriraient,
Les arondes m'emporteraient,
Le coucou ferait une croix
D'un rameau de pommier pour moi.

***

DOÏNAS DES CONSCRITS (DOINE DE CATANIE)

Celui qu'a inventé l'armée,
Qu'la misèr' le ronge à jamais !
Qu'son cheval se méfie de lui,
Qu'il coup' du bois pour ses enn'mis,
Que sa vache reste tarie,
Qu'il soit laquais chez son enn'mi.
Qu'il suiv' le chemin que je suis,
Qu'il aill' mendier de porte en porte,
Jusqu'à c'que ses os de lui sortent.

*

La maudite armée, Joug de fer,
Mène les jeunes gens sous terre;
La maudite armée, joug d'airain,
Mène les jeun' gens comme un rien.

Celui qu'a inventé l'armée,
Que le désert rong' son foyer,
Ses enfants finiss' va-nu-pieds !

Je n'étais pas bon pour l'armée,
Je n'suis pas prêt à me marier.

Les hommes m'enjoignent en choeur
A prendre une femme sur l'heure,
Que je n'ailelpas voir les leurs.

*

Ô mont, ô mont, dure pierraille !
Laisse les vaillants, qu'ils s'en aillent,
Qu'ils gagnent une bergerie
Et coupent au sort de conscrit.
Plutôt mourir de faim au bois
Qu'être aligné dans un convoi,
Plutôt dans les bois m'égarer
Que d'avancer en rangs serrés,
Plutôt la plume du berger
Que conscrit chez les étrangers !
Que reste à jamais sans repos
Qui m'a mis l'armée sur le dos.

***

Vasile Alecsandri (1821-1890), poète roumain.
Il fût un des premiers à recueillir et regrouper les poésies populaires de Roumanie.

Un choix établi et traduit par Benoît-Joseph Courvoisier... qui signe également l'introduction, riche et informative (origine de la langue, des chants, classements et problématiques de ceux-ci...). Dommage que ce travail (important et rare) ne soit pas plus énergiquement porté par l'éditeur (site à l'abandon, aucune presse... de sorte que vous devrez, amis, chercher l'ouvrage et, si vous vivez dans un trou paumé, compter comme nous sur un heureux hasard pour découvrir son existence...), même si disant cela, nous n'oublions pas que c'est publié, courageusement... Nous n'avons rien à ajouter... car "Dans ce monde, tout finit par une chanson haïdouque".