+++++++++++ + Cantos Propaganda ++ + Structured Disasters since 2014 + ++ Cantos Propaganda + ++ Cantos Propaganda ++ +

16 mai 2014

Yves Di Manno "Champs" + "Terre ni ciel"

Yves Di Manno
Champs
(Flammarion, 2014)

Disponible dans (toutes) les (bonnes) librairies...


Extrait :

EMBRASURES


                           et brusquement...



... Et brusquement le jour se lève
Les hommes n'ont plus peur, la rue

Est aux oiseaux. Sur leurs balcons
Les femmes se souviennent, le blanc

Convient aux angles, sous la lune
Esquissée le cortège des paons

En roue au bords des bancs évoque
Les murailles qu'elles ne surent

Déserter. "Nous habitions alors
Le pavillon de l'Ouest, au bout

Des rues pour tel azur l'aube jamais
Des hommes ne sut se rappeler." L'éclat

D'une lumière embrase un bref instant
La vitre, un visage se penche qui ne

Sait que pleurer, sou sl'ombre des
Paupières, des jalousies baissées. L'eau

Bleue du fleuve au loin se perd, et la main
Et le regard désemparés. Sur le pont

Bouées boussoles se confondent, entre
Brume et buée, les grands drapeaux claquent

Au vent, les plumes virvoltent. "La cité
Interdite abritait nos élans, nos ébats

Tourmentés - mais les hommes sont veules
Et ne nous savent gré des peines

Qu'ils nous lèguent." (Pour toi
J'avais tendu les toiles, dressé la piste

Au centre de ces sables, éclairés dans la nuit
Ces dunes dénuées de forme. Tout

Commençait.) Les oiseaux passent en piaillant
Les mains sur les rambardes resserrent

Leur emprise, et l'empire est au plus beau
Feu, les ans pires que nos songes, les hordes

Que nuées. L'obscur ici est à qui
Veut le voir et si la nuit domine

C'est la lumière même en lambeaux
Qui a été voulue. "Fut-ce trop ou trop

Peu - fut-ce clarté ou feu - quand
Nous attendions l'aube - quand tout

Fut révéré, pour plus de vie ici
Que n'en sûmes rêver." Sur le pont

La loi des réverbères lutte à
Nouveau contre le jour : l'arche

Enjambe des eaux réelles imaginaires :
Le bleu s'étend : paons, femmes, nuits -

Remparts ou bancs qu'importe : la porte
S'est ouverte, ne se refermera pas :

***

 Yves Di Manno
Terre ni ciel
(José Corti, 2014)

Disponible ou sur commande dans (toutes) les (bonnes) librairies...


Un essai, poursuivant Endquote et Objets d'Amérique, aussi intéressant (le lecteur, le traducteur...) qu'agaçant (le rapport tiède à l'avant-garde, ses raisons et ses erreurs...)

***


De Yves Di Manno, poète, on lira à peu près ce qu'on veut, sans jamais négliger son important travail de traducteur (de nombreux poètes américains) et d'éditeur (chez Flammarion).